Le JDD n’a pas bien compris le principe de fonctionnement de l’EFT…

Le JDD n’a pas bien compris le principe de fonctionnement de l’EFT…

 

L’EFT n’est pas très connue, et on peut se réjouir quand un média de masse prend l’initiative de parler de l’EFT, mais encore faut-il que l’information véhiculée soit suffisamment précise.

Cet article vise donc à apporter des rectifications quand au principe de fonctionnement de l’EFT suite à l’article du JDD du 2 septembre dernier.

 

Logo_JDD

Précisions sur le principe de fonctionnement de l’EFT

 

L’article du JDD précise qu’il s’agit de répéter « une phrase positive en rapport avec le problème à traiter » tout en stimulant les points. C’est vrai, mais seulement et uniquement quand on a évacué l’émotion qui posait problème. Comme le dit si bien l’expression populaire : on ne met pas la charrue avant les bœufs.

Ce qu’il faut bien comprendre, et même si cela peut paraître bizarre, c’est que la spécificité de l’EFT est de rester dans le problème.

On va donc répéter des phrases négatives sur le problème afin de susciter une émotion. Le principe est d’activer la branche sympathique du système nerveux autonome, c’est comme si on appuyait sur l’accélérateur d’une voiture, le corps se contracte !

Alors oui cela semble étrange, mais nous ne sommes pas fou, le but n’est pas de foncer droit dans le mur !

Si on fait cela c’est parce qu’en même temps on stimule les points reliés aux méridiens, ce qui a pour effet d’activer la branche para-sympathique du système nerveux, ou encore d’appuyer sur le frein d’une voiture, soit de relâcher les tensions dans le corps.

Ne pensez-vous pas qu’il faille d’abord retrouver l’émotion pour s’en libérer ?

Et ce n’est pas en répétant des phrases positives qu’on va la retrouver… or la tête peut dire des phrases positives, si pour le corps ce n’est pas vrai, vous allez ressentir que ça ne passe pas : à l’intérieur ça fait *gloup*.

Pour reprendre l’image de l’accélérateur et du frein dans une voiture, on peut dire que l’EFT permet de faire les deux en même temps. Or que se passe-t-il si vous accélérez et freinez en même temps ? On cale ! Ce qui fait que les connexions neuronales qui reliaient une pensée à une émotion vont se défaire. Et c’est une fois vidée de la teneur émotionnelle qu’il nous est possible de penser différemment au problème. Le corps étant apaisé, l’esprit pense différemment.

Et c’est seulement alors, une fois qu’on a fait le ménage, qu’on peut commencer à répéter des phrases positives, mais pas avant !

 

Différence entre lutter et se libérer

 

liberer ou lutter

 

Une autre remarque par rapport au champ lexical guerrier utilisé dans l’article, notamment :

– « une pratique qui s’attaque à nos angoisses et nos peurs »

– « lutter contre les émotions négatives ou les « tocs ».

Pour rappel, EFT signifie Emotional Freedom Technique, à savoir technique de libération émotionnelle, ce qui n’est pas du tout le même point de vue.

Personnellement je préfère me libérer plutôt que de lutter… surtout que lutter contre quoi ? Lutter contre nos peurs, nos angoisses, nos « émotions négatives » ? Mais ces choses pas agréables, où sont-elles ?

A l’intérieur de soi, non ?

Dès lors, avec ce positionnement, ne suis-je pas en train de lutter contre moi-même… voire même «Comment réussir à échouer», pour reprendre le titre d’un livre d’un des fondateurs de l’école de Palo Alto, Paul Watzlawick.

 

One Response to “Le JDD n’a pas bien compris le principe de fonctionnement de l’EFT…”

  1. […] témoignage sur un praticien d’EFT, voici un article qui décompose une séance ainsi que le complément d’un praticien sur ce même […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *